1/

Projet Dignité – Amnesty International

2008 - Inde
Projet personnel que j'ai associé à la commande collective d'Amnesty International France auprès de L'Oeil Public pour son projet 'Dignité'.
Le gouvernement local de l'Etat de l'Odisha (anciennement Orissa), est au coeur de la ceinture tribale. Etats voisins, le Jharkhand et le Chhattisgarh sont concernés au même titre par la problématique. Ces Etats sont le grenier à minerai du pays, au centre-est de l'Inde. L'Etat de l'Odisha a décidé, dans la ferveur de la nouvelle économie nationale, d'effectuer sa révolution à lui, qui s'apparente en réalité à une révolution industrielle à l'ancienne. On y pense guère nouvelles technologies de l’information, mais plutôt à l’industrie lourde et au bon vieux pillage des richesses naturelles jusqu'à épuisement des stocks. /.../
Projets personnels
/.../ Au vu de l'importance du retour des matières premières sur les marchés mondiaux, notamment les minerais métalliques, la politique locale est depuis quelques années d'ouvrir grand les portes aux investissements étrangers. L’Etat regorge de réserves, et les industriels du secteur sont invités à venir se servir contre licences d'exploitation. Les gisements de minerai en Inde sont très souvent situés dans les régions à forte population indigène ou de basses castes. Trop souvent, la terre de ces gens modestes est rachetée à bas prix et revendue avec une énorme marge. Et les politiques de réhabilitation sont largement bafouées ; les sites de relogement sont de tristes et inhumains blocs de béton plantés au milieu de terres incultivables, et les promesses d’emploi ne sont que peu tenues.
Enfin, dégradations environnementales, violations et contournement des lois, mensonges, compensations financières mesquines ou jamais payées, brutalités policières, sont monnaie courante.
La problématique de l’acquisition de terres pour un projet industriel ou minier, et de la réhabilitation socio-économique des populations affectées, est devenu depuis quelques années un dossier explosif en Inde.

Consultez le slideshow ci-dessous pour lire les légendes des photographies

Visual Portfolio, Posts & Image Gallery for WordPress
DANS UN VILLAGE DE LA TRIBU DES JUANG. LE DISTRICT DU KEONJHAR, TRÈS FORESTIER, EST PEUPLÉ EN MAJORITÉ DE COMMUNAUTÉS INDIGÈNES ET DE BASSES CASTES. SON SOUS-SOL CONTIENT DE COLOSSAUX GISEMENTS DE MINERAIS MÉTALLIQUES. ET ATTIRE LA CONVOITISE DE NOMBREUX GROUPES INDUSTRIELS ET MINIERS. L’ONG LOCALE KIRDTI Y FAIT UN TRAVAIL DE SENSIBILISATION ET D’ÉDUCATION AUPRÈS DE CES POPULATIONS TOTALEMENT IGNORANTES TANT DE LEURS DROITS LES PLUS ÉLÉMENTAIRES QUE DES CONSÉQUENCES DESTRUCTRICES DE L’INDUSTRIE MINIÈRE. ORISSA, INDE, 2008.
VILLAGE ADIVASI (INDIGENE) DE KUCHEIPADAR, CENTRE DE L’OPPOSITION CONTRE L’EXPLOITATION MINIERE DE BAUXITE PAR UAIL (UTKAL ALUMINIUM INTERNATIONAL LTD) ET LE DEPLACEMENT DE POPULATIONS TRIBALES, CONNU SOUS LE NOM DE CONFLIT DE KASHIPUR. ENTRE DES MOMENTS DE CALME ET LE RETOUR DES VIOLENCES POLICIERES, LE PROJET CONTINUE, MAIS PLUSIEURS VILLAGES CONTINUENT A RESISTER ET REFUSENT DE CEDER LEURS TERRES. RAYAGADA, ORISSA, INDE, 2007.
VILLAGE ADIVASI (INDIGENE) DE KUCHEIPADAR, CENTRE DE L’OPPOSITION CONTRE L’EXPLOITATION MINIERE DE BAUXITE PAR UAIL (UTKAL ALUMINIUM INTERNATIONAL LTD) ET LE DEPLACEMENT DE POPULATIONS TRIBALES, CONNU SOUS LE NOM DE CONFLIT DE KASHIPUR. ENTRE DES MOMENTS DE CALME ET LE RETOUR DES VIOLENCES POLICIERES, LE PROJET CONTINUE, MAIS PLUSIEURS VILLAGES CONTINUENT A RESISTER ET REFUSENT DE CEDER LEURS TERRES. RAYAGADA, ORISSA, INDE, 2007.
JEUNE FEMME DE RETOUR DE LA POMPE À EAU DANS UN VILLAGE DE LA TRIBU DES PAUDIBHUYAN. LE DISTRICT DU KEONJHAR, TRÈS FORESTIER, EST PEUPLÉ EN MAJORITÉ DE COMMUNAUTÉS INDIGÈNES ET DE BASSES CASTES. SON SOUS-SOL CONTIENT DE COLOSSAUX GISEMENTS DE MINERAIS MÉTALLIQUES. ET ATTIRE LA CONVOITISE DE NOMBREUX GROUPES INDUSTRIELS ET MINIERS. L’ONG LOCALE KIRDTI Y FAIT UN TRAVAIL DE SENSIBILISATION ET D’ÉDUCATION AUPRÈS DE CES POPULATIONS TOTALEMENT IGNORANTES TANT DE LEURS DROITS LES PLUS ÉLÉMENTAIRES QUE DES CONSÉQUENCES DESTRUCTRICES DE L’INDUSTRIE MINIÈRE. ORISSA, INDE, 2008.
REUNION D’INFORMATION DE VILLAGEOIS CONTRE LE PROJET INDUSTRIEL DE TATA STEEL À KALINGA NAGAR. DANS LE DISTRICT DE JAJPUR, L’ENTREPRISE INDIENNE TATA STEEL VEUT CONSTRUIRE UNE USINE SIDÉRURGIQUE À KALINGA NAGAR, VASTE CENTRE D’ACTIVITÉS INDUSTRIELLES EN EXPANSION, LIÉ À LA TRANSFORMATION DE MINERAIS MÉTALLIQUES. LE 2 JANVIER 2006, LA POLICE OUVRAIT LE FEU LORS D’UNE MANIFESTATION DE PAYSANS S’OPPOSANT À CE PROJET, TUANT 14 PERSONNES, TOUTES ADIVASI (INDIGÈNES). LES CENTAINES D’ADIVASIS PROTESTAIENT CE JOUR-LÀ POUR DÉNONCER LES INDEMNISATIONS FINANCIÈRES INSUFFISANTES POUR LES TERRES QU’ILS PERDRONT, OU TOUT SIMPLEMENT POUR CRIER LEUR REFUS D’ÊTRES DÉPLACÉS. DEPUIS CE JOUR ET LE BRUIT MÉDIATIQUE QUE LA TUERIE A DÉCLENCHÉ NATIONALEMENT, LA LUTTE DU GÉANT TATA ET DES MODESTES AGRICULTEURS INDIGÈNES N’A PAS CESSÉ, ET D’AUTRES INCIDENTS DE VIOLENCE ONT EU LIEU. INDE, ORISSA, 2008.
MÉMORIAL DES 14 PAYSANS TUÉS LE 02 JANVIER 2006 PAR LA POLICE LORS D’UNE MANIFESTATION CONTRE LE PROJET INDUSTRIEL DE TATA STEEL À KALINGA NAGAR. INDE, ORISSA, AVRIL 2008. DANS LE DISTRICT DE JAJPUR, L’ENTREPRISE INDIENNE TATA STEEL VEUT CONSTRUIRE UNE USINE SIDÉRURGIQUE À KALINGA NAGAR, VASTE CENTRE D’ACTIVITÉS INDUSTRIELLES EN EXPANSION, LIÉ À LA TRANSFORMATION DE MINERAIS MÉTALLIQUES. LE 2 JANVIER 2006, LA POLICE OUVRAIT LE FEU LORS D’UNE MANIFESTATION DE PAYSANS S’OPPOSANT À CE PROJET, TUANT 14 PERSONNES, TOUTES ADIVASI (INDIGÈNES). LES CENTAINES D’ADIVASIS PROTESTAIENT CE JOUR-LÀ POUR DÉNONCER LES INDEMNISATIONS FINANCIÈRES INSUFFISANTES POUR LES TERRES QU’ILS PERDRONT, OU TOUT SIMPLEMENT POUR CRIER LEUR REFUS D’ÊTRES DÉPLACÉS. DEPUIS CE JOUR ET LE BRUIT MÉDIATIQUE QUE LA TUERIE A DÉCLENCHÉ NATIONALEMENT, LA LUTTE DU GÉANT TATA ET DES MODESTES AGRICULTEURS INDIGÈNES N’A PAS CESSÉ, ET D’AUTRES INCIDENTS DE VIOLENCE ONT EU LIEU. INDE, ORISSA, AVRIL 2008.
JOGENDRA JAMUDA, ACTIVISTE LUTTANT CONTRE LE PROJET INDUSTRIEL DE TATA STEEL À KALINGA NAGAR, A ÉTÉ VICTIME D’UNE TENTATIVE D’ASSASSINAT IL Y A QUELQUES JOURS. CELUI-CI AURAIT ÉTÉ PERPÉTRÉ PAR DES HOMMES DE MAIN POUR LE COMPTE DE TATA STEEL, AFFIRME RABINDRA JARIKA, LEADER DU MOUVEMENT ACTIVISTE D’OPPOSITION AU PROJET. DANS LE DISTRICT DE JAJPUR, L’ENTREPRISE INDIENNE TATA STEEL VEUT CONSTRUIRE UNE USINE SIDÉRURGIQUE À KALINGA NAGAR, VASTE CENTRE D’ACTIVITÉS INDUSTRIELLES EN EXPANSION, LIÉ À LA TRANSFORMATION DE MINERAIS MÉTALLIQUES. LE 2 JANVIER 2006, LA POLICE OUVRAIT LE FEU LORS D’UNE MANIFESTATION DE PAYSANS S’OPPOSANT À CE PROJET, TUANT 14 PERSONNES, TOUTES ADIVASI (INDIGÈNES). LES CENTAINES D’ADIVASIS PROTESTAIENT CE JOUR-LÀ POUR DÉNONCER LES INDEMNISATIONS FINANCIÈRES INSUFFISANTES POUR LES TERRES QU’ILS PERDRONT, OU TOUT SIMPLEMENT POUR CRIER LEUR REFUS D’ÊTRES DÉPLACÉS. DEPUIS CE JOUR ET LE BRUIT MÉDIATIQUE QUE LA TUERIE A DÉCLENCHÉ NATIONALEMENT, LA LUTTE DU GÉANT TATA ET DES MODESTES AGRICULTEURS INDIGÈNES N’A PAS CESSÉ, ET D’AUTRES INCIDENTS DE VIOLENCE ONT EU LIEU. INDE, ORISSA, AVRIL 2008.
A DHINKIA, L’UN DES VILLAGES MENACÉS PAR LE PROJET POSCO ET DEVENU LE QUARTIER GÉNÉRAL DES PROTESTATAIRES. DANS LE DISTRICT DE JAGATSINGHPUR, DES MILLIERS DE PAYSANS, UNE DIZAINE DE VILLAGES CONCERNÉS, S’OPPOSENT À LA CONSTRUCTION D’UNE ACIÉRIE DU GROUPE CORÉEN POSCO, NUMÉRO 3 MONDIAL DE L’ACIER. UN INVESTISSEMENT DE 12 MILLIARDS DE DOLLARS QUI SERAIT LE PLUS IMPORTANT JAMAIS RÉALISÉ EN INDE PAR UN GROUPE ÉTRANGER. LE GROUPE POSCO EST ATTIRÉ, COMME DE NOMBREUX HOMOLOGUES (TATA STEEL, ARCELOR MITTAL…), PAR LA PRÉSENCE DE GISEMENTS COLOSSAUX DE MINERAI DE FER, UN PEU PLUS AU NORD, DANS LE DISTRICT DU KEONJHAR. MAIS LES PAYSANS ET PÊCHEURS DE CETTE RÉGION CÔTIÈRE BLOQUENT L’ACCÈS AU SITE DEPUIS PLUS D’UN AN, AFIN DE CONSERVER LEURS TERRES. ILS N’ONT PAS ENVIE D’UN EMPLOI D’OUVRIER, ET SAVENT PAR L’EXPÉRIENCE DE NOMBREUX AUTRES PROJETS SIMILAIRES DANS LE PAYS, QUE LES PROMESSES D’EMPLOI SONT RAREMENT TENUES. CETTE RÉGION EST DE PLUS L’UNE DES RARES DANS L’ETAT DE L’ORISSA OÙ L’AGRICULTURE EST PROSPÈRE, NOTAMMENT GRÂCE À LA FEUILLE DE BÉTEL. DES AFFRONTEMENTS ENTRE PRO ET ANTI POSCO ONT ÉCLATÉ, ET ONT DÉJÀ FAIT DE NOMBREUX BLESSÉS. LES PAYSANS EN FAVEUR DU PROJET SONT SOUPÇONNÉS D’AVOIR ÉTÉ ACHETÉS PAR POSCO. LA MÉTHODE DE LA DIVISION GRÂCE À L’APPÂT DU GAIN IMMÉDIAT SEMBLE PARVENIR À SEMER LA ZIZANIE DANS LA RÉSISTANCE. INDE, ORISSA, AVRIL 2008.
JOUR DE MANIFESTATION DES VILLAGEOIS S’OPPOSANT AU PROJET POSCO. LES AUTORITÉS ONT RESTREINT L’ACCÈS À LA RÉGION DÉCLARÉE ZONE SPÉCIALE DE SÉCURITÉ, PAR PEUR D’ESCALADE DE LA VIOLENCE. DANS LE DISTRICT DE JAGATSINGHPUR, DES MILLIERS DE PAYSANS, UNE DIZAINE DE VILLAGES CONCERNÉS, S’OPPOSENT À LA CONSTRUCTION D’UNE ACIÉRIE DU GROUPE CORÉEN POSCO, NUMÉRO 3 MONDIAL DE L’ACIER. UN INVESTISSEMENT DE 12 MILLIARDS DE DOLLARS QUI SERAIT LE PLUS IMPORTANT JAMAIS RÉALISÉ EN INDE PAR UN GROUPE ÉTRANGER. LE GROUPE POSCO EST ATTIRÉ, COMME DE NOMBREUX HOMOLOGUES (TATA STEEL, ARCELOR MITTAL…), PAR LA PRÉSENCE DE GISEMENTS COLOSSAUX DE MINERAI DE FER, UN PEU PLUS AU NORD, DANS LE DISTRICT DU KEONJHAR. MAIS LES PAYSANS ET PÊCHEURS DE CETTE RÉGION CÔTIÈRE BLOQUENT L’ACCÈS AU SITE DEPUIS PLUS D’UN AN, AFIN DE CONSERVER LEURS TERRES. ILS N’ONT PAS ENVIE D’UN EMPLOI D’OUVRIER, ET SAVENT PAR L’EXPÉRIENCE DE NOMBREUX AUTRES PROJETS SIMILAIRES DANS LE PAYS, QUE LES PROMESSES D’EMPLOI SONT RAREMENT TENUES. CETTE RÉGION EST DE PLUS L’UNE DES RARES DANS L’ETAT DE L’ORISSA OÙ L’AGRICULTURE EST PROSPÈRE, NOTAMMENT GRÂCE À LA FEUILLE DE BÉTEL. DES AFFRONTEMENTS ENTRE PRO ET ANTI POSCO ONT ÉCLATÉ, ET ONT DÉJÀ FAIT DE NOMBREUX BLESSÉS. LES PAYSANS EN FAVEUR DU PROJET SONT SOUPÇONNÉS D’AVOIR ÉTÉ ACHETÉS PAR POSCO. LA MÉTHODE DE LA DIVISION GRÂCE À L’APPÂT DU GAIN IMMÉDIAT SEMBLE PARVENIR À SEMER LA ZIZANIE DANS LA RÉSISTANCE. INDE, ORISSA, AVRIL 2008.
JOUR DE MANIFESTATION DES VILLAGEOIS S’OPPOSANT AU PROJET POSCO. LES AUTORITÉS ONT RESTREINT L’ACCÈS À LA RÉGION DÉCLARÉE ZONE SPÉCIALE DE SÉCURITÉ, PAR PEUR D’ESCALADE DE LA VIOLENCE. DANS LE DISTRICT DE JAGATSINGHPUR, DES MILLIERS DE PAYSANS, UNE DIZAINE DE VILLAGES CONCERNÉS, S’OPPOSENT À LA CONSTRUCTION D’UNE ACIÉRIE DU GROUPE CORÉEN POSCO, NUMÉRO 3 MONDIAL DE L’ACIER. UN INVESTISSEMENT DE 12 MILLIARDS DE DOLLARS QUI SERAIT LE PLUS IMPORTANT JAMAIS RÉALISÉ EN INDE PAR UN GROUPE ÉTRANGER. LE GROUPE POSCO EST ATTIRÉ, COMME DE NOMBREUX HOMOLOGUES (TATA STEEL, ARCELOR MITTAL…), PAR LA PRÉSENCE DE GISEMENTS COLOSSAUX DE MINERAI DE FER, UN PEU PLUS AU NORD, DANS LE DISTRICT DU KEONJHAR. MAIS LES PAYSANS ET PÊCHEURS DE CETTE RÉGION CÔTIÈRE BLOQUENT L’ACCÈS AU SITE DEPUIS PLUS D’UN AN, AFIN DE CONSERVER LEURS TERRES. ILS N’ONT PAS ENVIE D’UN EMPLOI D’OUVRIER, ET SAVENT PAR L’EXPÉRIENCE DE NOMBREUX AUTRES PROJETS SIMILAIRES DANS LE PAYS, QUE LES PROMESSES D’EMPLOI SONT RAREMENT TENUES. CETTE RÉGION EST DE PLUS L’UNE DES RARES DANS L’ETAT DE L’ORISSA OÙ L’AGRICULTURE EST PROSPÈRE, NOTAMMENT GRÂCE À LA FEUILLE DE BÉTEL. DES AFFRONTEMENTS ENTRE PRO ET ANTI POSCO ONT ÉCLATÉ, ET ONT DÉJÀ FAIT DE NOMBREUX BLESSÉS. LES PAYSANS EN FAVEUR DU PROJET SONT SOUPÇONNÉS D’AVOIR ÉTÉ ACHETÉS PAR POSCO. LA MÉTHODE DE LA DIVISION GRÂCE À L’APPÂT DU GAIN IMMÉDIAT SEMBLE PARVENIR À SEMER LA ZIZANIE DANS LA RÉSISTANCE. INDE, ORISSA, AVRIL 2008.
JOUR DE MANIFESTATION DES VILLAGEOIS S’OPPOSANT AU PROJET POSCO. A LA TRIBUNE, ABHAY SAHOO, ACTIVISTE SOCIAL ET MEMBRE DU PARTI COMMUNISTE INDIEN, QUI COORDONNE LA RÉSISTANCE. DANS LE DISTRICT DE JAGATSINGHPUR, DES MILLIERS DE PAYSANS, UNE DIZAINE DE VILLAGES CONCERNÉS, S’OPPOSENT À LA CONSTRUCTION D’UNE ACIÉRIE DU GROUPE CORÉEN POSCO, NUMÉRO 3 MONDIAL DE L’ACIER. UN INVESTISSEMENT DE 12 MILLIARDS DE DOLLARS QUI SERAIT LE PLUS IMPORTANT JAMAIS RÉALISÉ EN INDE PAR UN GROUPE ÉTRANGER. LE GROUPE POSCO EST ATTIRÉ, COMME DE NOMBREUX HOMOLOGUES (TATA STEEL, ARCELOR MITTAL…), PAR LA PRÉSENCE DE GISEMENTS COLOSSAUX DE MINERAI DE FER, UN PEU PLUS AU NORD, DANS LE DISTRICT DU KEONJHAR. MAIS LES PAYSANS ET PÊCHEURS DE CETTE RÉGION CÔTIÈRE BLOQUENT L’ACCÈS AU SITE DEPUIS PLUS D’UN AN, AFIN DE CONSERVER LEURS TERRES. ILS N’ONT PAS ENVIE D’UN EMPLOI D’OUVRIER, ET SAVENT PAR L’EXPÉRIENCE DE NOMBREUX AUTRES PROJETS SIMILAIRES DANS LE PAYS, QUE LES PROMESSES D’EMPLOI SONT RAREMENT TENUES. CETTE RÉGION EST DE PLUS L’UNE DES RARES DANS L’ETAT DE L’ORISSA OÙ L’AGRICULTURE EST PROSPÈRE, NOTAMMENT GRÂCE À LA FEUILLE DE BÉTEL. DES AFFRONTEMENTS ENTRE PRO ET ANTI POSCO ONT ÉCLATÉ, ET ONT DÉJÀ FAIT DE NOMBREUX BLESSÉS. LES PAYSANS EN FAVEUR DU PROJET SONT SOUPÇONNÉS D’AVOIR ÉTÉ ACHETÉS PAR POSCO. LA MÉTHODE DE LA DIVISION GRÂCE À L’APPÂT DU GAIN IMMÉDIAT SEMBLE PARVENIR À SEMER LA ZIZANIE DANS LA RÉSISTANCE. INDE, ORISSA, AVRIL 2008.
CONSTRUCTION ILLÉGALE D’UNE STRUCTURE D’ACHEMINEMENT DE MINERAI LIÉE AU PROJET MINIER-INDUSTRIEL DE LA COMPAGNIE BRITANNIQUE VEDANTA, SUSPENDU RÉCEMMENT POUR VICE DE PROCÉDURE LÉGALE. DANS LE DISTRICT DE KALAHANDI, LA COMPAGNIE BRITANNIQUE VEDANTA COMPTE EXPLOITER LES GISEMENTS DE BAUXITE ENFOUIS SOUS LA CHAÎNE MONTAGNEUSE NYAMGIRI, UN HAVRE DE BIODIVERSITÉ, SACRÉ POUR LA TRIBU QUI Y VIT : LES DONGRIA KONDH. VIVANT DE CHASSE, DE CUEILLETTE ET DE CULTURE, ILS VÉNÈRENT LA TERRE MÈRE ET NYAM RAJA, LE DIEU PROTECTEUR DE CES COLLINES. L’EXPLOITATION DU BAUXITE SIGNIFIERA LA DESTRUCTION DE CETTE COMMUNAUTÉ UNIQUE, QUI COMPTE ENVIRON 8000 MEMBRES. AU PIED DE CES COLLINES, À LANJIGARH, VEDANTA A CONSTRUIT UNE IMPORTANTE RAFFINERIE D’ALUMINE, AVANT D’AVOIR REÇU L’ACCORD D’EXPLOITATION MINIÈRE. EN TOUTE ILLÉGALITÉ DONC, ET AVEC UN CERTAIN SOUTIEN DES POUVOIRS PUBLICS. ELLE A AINSI MIS LA POPULATION DEVANT LE FAIT ACCOMPLI. LES GROUPES MINIERS ET INDUSTRIELS AGISSENT AVEC IMPUNITÉ DANS CET ETAT, RÉSUME D. SARANGI, UN MILITANT ANTI-MINE. LES DEUX RIVIÈRES QUI PRENNENT LEURS SOURCES DANS LES COLLINES AVANT D’ALIMENTER, EN AVAL, DES CENTAINES DE VILLAGES, SONT AUJOURD’HUI POLLUÉES. ET LES DÉPLACEMENTS DE VILLAGEOIS AUTOUR DU SITE DE L’USINE ONT COMMENCÉ. DE NOMBREUX PAYSANS AFFECTÉS PAR LE PROJET PARLENT DE FAUSSES PROMESSES, D’INTIMIDATIONS ET D’ÉVICTIONS FORCÉES. INDE, ORISSA, 2008.
MONTAGNE OÙ VIT LA TRIBU PRIMITIVE DES DONGRIA KONDH. DANS LE DISTRICT DE KALAHANDI, LA COMPAGNIE BRITANNIQUE VEDANTA COMPTE EXPLOITER LES GISEMENTS DE BAUXITE ENFOUIS SOUS LA CHAÎNE MONTAGNEUSE NYAMGIRI, UN HAVRE DE BIODIVERSITÉ, SACRÉ POUR LA TRIBU QUI Y VIT : LES DONGRIA KONDH. VIVANT DE CHASSE, DE CUEILLETTE ET DE CULTURE, ILS VÉNÈRENT LA TERRE MÈRE ET NYAM RAJA, LE DIEU PROTECTEUR DE CES COLLINES. L’EXPLOITATION DU BAUXITE SIGNIFIERA LA DESTRUCTION DE CETTE COMMUNAUTÉ UNIQUE, QUI COMPTE ENVIRON 8000 MEMBRES. AU PIED DE CES COLLINES, À LANJIGARH, VEDANTA A CONSTRUIT UNE IMPORTANTE RAFFINERIE D’ALUMINE, AVANT D’AVOIR REÇU L’ACCORD D’EXPLOITATION MINIÈRE. EN TOUTE ILLÉGALITÉ DONC, ET AVEC UN CERTAIN SOUTIEN DES POUVOIRS PUBLICS. ELLE A AINSI MIS LA POPULATION DEVANT LE FAIT ACCOMPLI. LES GROUPES MINIERS ET INDUSTRIELS AGISSENT AVEC IMPUNITÉ DANS CET ETAT, RÉSUME D. SARANGI, UN MILITANT ANTI-MINE. LES DEUX RIVIÈRES QUI PRENNENT LEURS SOURCES DANS LES COLLINES AVANT D’ALIMENTER, EN AVAL, DES CENTAINES DE VILLAGES, SONT AUJOURD’HUI POLLUÉES. ET LES DÉPLACEMENTS DE VILLAGEOIS AUTOUR DU SITE DE L’USINE ONT COMMENCÉ. DE NOMBREUX PAYSANS AFFECTÉS PAR LE PROJET PARLENT DE FAUSSES PROMESSES, D’INTIMIDATIONS ET D’ÉVICTIONS FORCÉES. INDE, ORISSA, 2008.
VILLAGE DE LA TRIBU PRIMITIVE DES DONGRIA KONDH. DANS LE DISTRICT DE KALAHANDI, LA COMPAGNIE BRITANNIQUE VEDANTA COMPTE EXPLOITER LES GISEMENTS DE BAUXITE ENFOUIS SOUS LA CHAÎNE MONTAGNEUSE NYAMGIRI, UN HAVRE DE BIODIVERSITÉ, SACRÉ POUR LA TRIBU QUI Y VIT : LES DONGRIA KONDH. VIVANT DE CHASSE, DE CUEILLETTE ET DE CULTURE, ILS VÉNÈRENT LA TERRE MÈRE ET NYAM RAJA, LE DIEU PROTECTEUR DE CES COLLINES. L’EXPLOITATION DU BAUXITE SIGNIFIERA LA DESTRUCTION DE CETTE COMMUNAUTÉ UNIQUE, QUI COMPTE ENVIRON 8000 MEMBRES. AU PIED DE CES COLLINES, À LANJIGARH, VEDANTA A CONSTRUIT UNE IMPORTANTE RAFFINERIE D’ALUMINE, AVANT D’AVOIR REÇU L’ACCORD D’EXPLOITATION MINIÈRE. EN TOUTE ILLÉGALITÉ DONC, ET AVEC UN CERTAIN SOUTIEN DES POUVOIRS PUBLICS. ELLE A AINSI MIS LA POPULATION DEVANT LE FAIT ACCOMPLI. LES GROUPES MINIERS ET INDUSTRIELS AGISSENT AVEC IMPUNITÉ DANS CET ETAT, RÉSUME D. SARANGI, UN MILITANT ANTI-MINE. LES DEUX RIVIÈRES QUI PRENNENT LEURS SOURCES DANS LES COLLINES AVANT D’ALIMENTER, EN AVAL, DES CENTAINES DE VILLAGES, SONT AUJOURD’HUI POLLUÉES. ET LES DÉPLACEMENTS DE VILLAGEOIS AUTOUR DU SITE DE L’USINE ONT COMMENCÉ. DE NOMBREUX PAYSANS AFFECTÉS PAR LE PROJET PARLENT DE FAUSSES PROMESSES, D’INTIMIDATIONS ET D’ÉVICTIONS FORCÉES. INDE, ORISSA, 2008.
DES CAMIONS CHARGÉS DE MINERAI DE BAUXITE DEVANT L’USINE DE TRAITEMENT DE VEDANTA, AFIN QUE CELLE-CI PUISSE COMMENCER À TOURNER. DANS LE DISTRICT DE KALAHANDI, LA COMPAGNIE BRITANNIQUE VEDANTA COMPTE EXPLOITER LES GISEMENTS DE BAUXITE ENFOUIS SOUS LA CHAÎNE MONTAGNEUSE NYAMGIRI, UN HAVRE DE BIODIVERSITÉ, SACRÉ POUR LA TRIBU QUI Y VIT : LES DONGRIA KONDH. VIVANT DE CHASSE, DE CUEILLETTE ET DE CULTURE, ILS VÉNÈRENT LA TERRE MÈRE ET NYAM RAJA, LE DIEU PROTECTEUR DE CES COLLINES. L’EXPLOITATION DU BAUXITE SIGNIFIERA LA DESTRUCTION DE CETTE COMMUNAUTÉ UNIQUE, QUI COMPTE ENVIRON 8000 MEMBRES. AU PIED DE CES COLLINES, À LANJIGARH, VEDANTA A CONSTRUIT UNE IMPORTANTE RAFFINERIE D’ALUMINE, AVANT D’AVOIR REÇU L’ACCORD D’EXPLOITATION MINIÈRE. EN TOUTE ILLÉGALITÉ DONC, ET AVEC UN CERTAIN SOUTIEN DES POUVOIRS PUBLICS. ELLE A AINSI MIS LA POPULATION DEVANT LE FAIT ACCOMPLI. LES GROUPES MINIERS ET INDUSTRIELS AGISSENT AVEC IMPUNITÉ DANS CET ETAT, RÉSUME D. SARANGI, UN MILITANT ANTI-MINE. LES DEUX RIVIÈRES QUI PRENNENT LEURS SOURCES DANS LES COLLINES AVANT D’ALIMENTER, EN AVAL, DES CENTAINES DE VILLAGES, SONT AUJOURD’HUI POLLUÉES. ET LES DÉPLACEMENTS DE VILLAGEOIS AUTOUR DU SITE DE L’USINE ONT COMMENCÉ. DE NOMBREUX PAYSANS AFFECTÉS PAR LE PROJET PARLENT DE FAUSSES PROMESSES, D’INTIMIDATIONS ET D’ÉVICTIONS FORCÉES. INDE, ORISSA, 2008.
CETTE FEMME VIT DANS UN VILLAGE QUI DOIT ETRE DÉPLACÉ PAR LE PROJET INDUSTRIEL DE VEDANTA. ELLE RACONTE QU’UN JOUR TOUS LES HOMMES DU VILLAGE ONT ÉTÉ EMBARQUÉS PAR DES HOMMES DE MAIN DE LA COMPAGNIE, LE TEMPS DE POUVOIR CONSTRUIRE LE MUR D’ENCEINTE DU SITE DE L’USINE. ELLE A AUSSI SUBI DES VIOLENCES DE LA PART DE LA POLICE. DANS LE DISTRICT DE KALAHANDI, LA COMPAGNIE BRITANNIQUE VEDANTA COMPTE EXPLOITER LES GISEMENTS DE BAUXITE ENFOUIS SOUS LA CHAÎNE MONTAGNEUSE NYAMGIRI, UN HAVRE DE BIODIVERSITÉ, SACRÉ POUR LA TRIBU QUI Y VIT : LES DONGRIA KONDH. VIVANT DE CHASSE, DE CUEILLETTE ET DE CULTURE, ILS VÉNÈRENT LA TERRE MÈRE ET NYAM RAJA, LE DIEU PROTECTEUR DE CES COLLINES. L’EXPLOITATION DU BAUXITE SIGNIFIERA LA DESTRUCTION DE CETTE COMMUNAUTÉ UNIQUE, QUI COMPTE ENVIRON 8000 MEMBRES. AU PIED DE CES COLLINES, À LANJIGARH, VEDANTA A CONSTRUIT UNE IMPORTANTE RAFFINERIE D’ALUMINE, AVANT D’AVOIR REÇU L’ACCORD D’EXPLOITATION MINIÈRE. EN TOUTE ILLÉGALITÉ DONC, ET AVEC UN CERTAIN SOUTIEN DES POUVOIRS PUBLICS. ELLE A AINSI MIS LA POPULATION DEVANT LE FAIT ACCOMPLI. LES GROUPES MINIERS ET INDUSTRIELS AGISSENT AVEC IMPUNITÉ DANS CET ETAT, RÉSUME D. SARANGI, UN MILITANT ANTI-MINE. LES DEUX RIVIÈRES QUI PRENNENT LEURS SOURCES DANS LES COLLINES AVANT D’ALIMENTER, EN AVAL, DES CENTAINES DE VILLAGES, SONT AUJOURD’HUI POLLUÉES. ET LES DÉPLACEMENTS DE VILLAGEOIS AUTOUR DU SITE DE L’USINE ONT COMMENCÉ. DE NOMBREUX PAYSANS AFFECTÉS PAR LE PROJET PARLENT DE FAUSSES PROMESSES, D’INTIMIDATIONS ET D’ÉVICTIONS FORCÉES. INDE, ORISSA, 2008.
SITE DE RELOGEMENT PRÉVU POUR LES MEMBRES DE LA TRIBU PRIMITIVE DES DONGRIA KONDH MENACÉS PAR LE PROJET MINIER-INDUSTRIEL DE LA COMPAGNIE BRITANNIQUE VEDANTA. DANS LE DISTRICT DE KALAHANDI, LA COMPAGNIE BRITANNIQUE VEDANTA COMPTE EXPLOITER LES GISEMENTS DE BAUXITE ENFOUIS SOUS LA CHAÎNE MONTAGNEUSE NYAMGIRI, UN HAVRE DE BIODIVERSITÉ, SACRÉ POUR LA TRIBU QUI Y VIT : LES DONGRIA KONDH. VIVANT DE CHASSE, DE CUEILLETTE ET DE CULTURE, ILS VÉNÈRENT LA TERRE MÈRE ET NYAM RAJA, LE DIEU PROTECTEUR DE CES COLLINES. L’EXPLOITATION DU BAUXITE SIGNIFIERA LA DESTRUCTION DE CETTE COMMUNAUTÉ UNIQUE, QUI COMPTE ENVIRON 8000 MEMBRES. AU PIED DE CES COLLINES, À LANJIGARH, VEDANTA A CONSTRUIT UNE IMPORTANTE RAFFINERIE D’ALUMINE, AVANT D’AVOIR REÇU L’ACCORD D’EXPLOITATION MINIÈRE. EN TOUTE ILLÉGALITÉ DONC, ET AVEC UN CERTAIN SOUTIEN DES POUVOIRS PUBLICS. ELLE A AINSI MIS LA POPULATION DEVANT LE FAIT ACCOMPLI. LES GROUPES MINIERS ET INDUSTRIELS AGISSENT AVEC IMPUNITÉ DANS CET ETAT, RÉSUME D. SARANGI, UN MILITANT ANTI-MINE. LES DEUX RIVIÈRES QUI PRENNENT LEURS SOURCES DANS LES COLLINES AVANT D’ALIMENTER, EN AVAL, DES CENTAINES DE VILLAGES, SONT AUJOURD’HUI POLLUÉES. ET LES DÉPLACEMENTS DE VILLAGEOIS AUTOUR DU SITE DE L’USINE ONT COMMENCÉ. DE NOMBREUX PAYSANS AFFECTÉS PAR LE PROJET PARLENT DE FAUSSES PROMESSES, D’INTIMIDATIONS ET D’ÉVICTIONS FORCÉES. INDE, ORISSA, 2008.
RIVIERE POLLUEE, TRAVERSANT LA VILLE DE JODA. LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES. ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, JUIN 2008.
MINES DE JODA. LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES (ADIVASI). ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, NOVEMBRE 2004.
UN CONTREMAITRE SUPERVISE LES TRAVAUX SUR UNE PISTE RELIANT NAYAGARH A JURULI. LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES. ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, AVRIL 2008.
LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES. ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, JUIN 2008.
HABITATION OUVRIERE. LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES. ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, JUIN 2008.
LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES. ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, JUIN 2008.
LA ROUTE RELIANT JURULI A JODA, TRES FREQUENTEE PAR LES CAMIONS. LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES. ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, JUIN 2008.
TRILACHAN MOHANTA, 30 ANS, EST TUBERCULEUX DEPUIS UN AN ET DEMI. IL A LA CHANCE D’ETRE SUIVI PAR UN DOCTEUR GRACE À UN FONDS COLLECTIF DE SON QUARTIER. IL EST NE DANS LA BOURGADE DE JURULI (AU CŒUR DES MINES DE JODA), N’A JAMAIS OBTENU DE TRAVAIL, ET EST UN « OBC » (OTHER BACKWARD CLASSES), UNE BASSE CASTE SOUVENT MEPRISEE ET DELAISSEE EN INDE. LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES. ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, AVRIL 2008.
JOUET D’ENFANT. LA REGION AUTOUR DE JODA EST LE COEUR DE L’EXPLOITATION DU FER EN ORISSA, ET CONTIENT LES PLUS IMPORTANTES RESERVES DE CE MINERAI EN ASIE. UNE CINQUANTAINE DE COMPAGNIES Y OPERENT, AINSI QUE DES MAFIAS LOCALES, ET PLUSIEURS MULTINATIONALES DU MINERAI FONT LA QUEUE AUPRES DU GOUVERNEMENT LOCAL POUR OBTENIR LEUR PART DU GATEAU. LA GRANDE MAJORITE DES OUVRIERS DE LA MINE EST ISSUE DES BASSES CASTES ET DES COMMUNAUTES INDIGENES. ILS FORMENT LA MASSE DE TRAVAILLEURS EXPLOITABLES A MERCI, POUR LESQUELS L’EMPLOI EST EXTREMEMENT PRECAIRE, L’EDUCATION QUASI INEXISTANTE, ET LES CONDITIONS SANITAIRES ET D’HABITAT SOUVENT DEPLORABLES. LA POLLUTION Y EST TOTALE ; AIR, RIVIERES, ET TERRES ARABLES. ORISSA, INDE, JUIN 2008.

Expositions / Publications

Revue de presse

France 24 – Dignité, le dernier regard de l’Œil Public. Un beau sujet pour la dernière exposition de l’Œil public, un collectif de photojournalistes engagés qui a dû déposer le bilan en janvier dernier après 15 années d’activité.
France Info – Interview de Johann Rousselot et Michael Zumstein par Claire Baudéan.
Le Figaro – Interview audio des cinq photographes de l’exposition
Photo.fr – Amnesty International et l’Oeil Public veulent la Dignité
Le Monde de la Photo – Interview de Johann Rousselot
La Vie – Des photos pour la dignité de l’homme
La Chaine Tele – Video
Elle – Expo : « Dignité droits humains et pauvreté »

RFI – Culture Vive du 26 mai 2010, par Pascal Paradou

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up