L'oeil public

Les Moissons du Suicide

2006 > 2007 – Maharashtra, Inde

Eté 2006, un paysan se suicide toutes les huit heures dans le Vidarbha, région de l’est du Maharashtra, le grenier à coton de l’Inde. L’hécatombe est passée de 122 suicides en 2002, 622 en 2004, à plus de 1300 en 2006… laissant derrière elle des familles au fond du désespoir, et des centaines de villages très inquiets. Une crise d’origine purement politique, et signe extérieur d’une profonde crise agraire, inégalée depuis la Révolution Verte des années 70.
Monsanto, la multinationale américaine de l’agro-business, reçoit en 2002 l’autorisation de New Delhi de mise en culture commerciale de sa semence génétiquement modifiée, le Bt Cotton. Cette variété était en fait déjà expérimentée par la firme depuis 5 ans sur les terres indiennes, et une contamination importante en 2001 a, sans conteste, accéléré la procédure d’autorisation. S’ensuit un martèlement publicitaire, et les agriculteurs de se jeter sur cette graine d’espoir.
C’est une accumulation de facteurs qui mène au drame final ; cultiver du Bt Cotton revient presque quatre fois plus cher qu’avec les graines traditionnelles, le rendement attendu n’est pas toujours au rendez-vous – ce coton nécessite une bonne irrigation – et enfin le prix d’achat du coton produit proposé aux cultivateurs indiens ne cesse de baisser, dépendant des cours mondiaux. Le coton américain subventionné qui arrive en Inde est jusqu’à 40% moins cher que celui produit localement, et de plus, depuis deux ans, l’Etat a réduit drastiquement sa politique d’aide publique, il ne garantit plus le rachat à prix fixes de la production des paysans indiens. Dans le meilleur des cas, la production reviendra 20% plus chère que le prix de vente. Le paysan est obligé d’emprunter sans fin, d’abord à la banque, et les banquiers refusant un nouveau prêt avant le remboursement du précédent, les paysans doivent se tourner vers les usuriers, pratiquant des taux d’intérêt exorbitants. Un étau sans merci. Cynisme complet lorsque l’on sait que les acheteurs du coton sont aussi, de plus en plus fréquemment, les vendeurs de graines… et les usuriers eux-mêmes !
La grande majorité des paysans qui ont fini surendettés et au suicide avaient opté pour le coton transgénique.
« L’Inde est en train de faire place nette pour une agriculture intensive et l’industrie agro-alimentaire, en laissant mourir la petite paysannerie. La mort de cette paysannerie procède d’une négligence toute calculée, au minimum soutenue. (…) Que fait l’actuel ministre de l’agriculture, Sharad Pawar, pour les paysans ? Il veut juste nous éjecter et passer nos terres sous contrat à des compagnies américaines. » P. Sainath, Rural Affairs Editor of The Hindu.

Aucune réponse pour “Les Moissons du Suicide”

Laisser un commentaire